Euros-verts vs obligations vertes et autres solutions de finance verte .

1. La compensation volontaire

La compensation volontaire des émissions de carbone est une proposition controversée car son efficacité climatique n'est pas toujours garantie.

Par exemple, 60 % des projets de compensation carbone volontaire sont des programmes de reforestation. Un arbre nouvellement planté capturera du CO2 pendant sa croissance, et le carbone sera capturé si l'arbre peut vivre plus de 100 ans selon le cycle de vie du carbone. Qui sait si l'arbre sera suffisamment arrosé pour être encore en vie dans 100 ans ?

Par ailleurs, le "coût d'opportunité" nous rappelle qu'il n'est pas possible de planter des arbres pour capter 100% de nos émissions de CO2. Cela mobiliserait trop de terres, en concurrence avec la nourriture, et trop de travail, en concurrence avec d'autres activités économiques.

La compensation des émissions de carbone est toutefois une solution intéressante, car elle incite les gens à payer pour leurs émissions de CO2. Elle donne un prix au carbone (avec des prix allant de 0,1 à 1 000 euros par tonne de CO2 supprimée, selon le projet), ce qui constitue une première étape importante dans la lutte contre le changement climatique. En payant pour le carbone, les gens peuvent commencer à s'interroger sur le prix, la quantité et le retour sur investissement. Ils peuvent ensuite examiner leurs propres émissions et leurs propres coûts de réduction. La compensation est donc complémentaire à la proposition des euros-verts , et un bon moyen de déclencher son utilisation.

2. Empreinte carbone à partir des tickets d'achats de carte de paiements

L'estimation de l'empreinte carbone, ou du bilan carbone, à partir des paiements par carte est un premier élément pédagogique essentiel pour déclencher le changement. En effet, 97% de nos utilisateurs ne connaissaient pas leur empreinte carbone et sans information, il est impossible d'agir.

Or, une information seule, précise ou approximative, même communiquée sans relâche, ne déclenche pas de changement de comportement à long terme. Ceci est bien démontré pour les fumeurs, ou dans le secteur de l'énergie par exemple. Depuis le premier choc pétrolier en 1974, la consommation d'énergie fossile continue d'augmenter malgré les incessantes campagnes "d'économies d'énergie".

La proposition des euros-verts (€G) surmonte cet obstacle en récompensant les personnes qui agissent : l'incitation de la règle d'émission €G N°2 génère un revenu de €G 44,60 pour une tonne réduite. De plus, la monnaie €G permet de créer un récit collectif sur le changement climatique.

3. Les banques vertes

Les banques vertes proposent d'investir l'épargne des particuliers en monnaie fiat dans des entreprises non fossiles (et souvent aussi de planter des arbres). Il s'agit d'une action puissante pour les utilisateurs. Cependant, l'accent mis sur l'épargne ne fournit pas de solutions aux clients pour mener une action climatique immédiate aujourd'hui.

La proposition €G surmonte cette barrière en récompensant les personnes qui agissent : la règle d'émission €G N°1 donne accès au crédit en €G permettant d'agir en investissant. L'incitation de la règle d'émission €G N°2 rend l'emprunt très bon marché. Enfin, là encore, la mise en place d'un récit collectif sur le changement climatique autour de la monnaie €G rend la banque et la finance réellement vertes.

4. Les obligations vertes

Alors que les émissions mondiales d'obligations vertes ont dépassé les 250 milliards de dollars en 2019 (3,5 % du total des 7 150 milliards de dollars d'émissions obligataires mondiales), une publication de septembre 2020 de la Banque des Règlements Internationaux (BIS), conclut que

« 1) Les labels actuels pour les obligations vertes ne signalent pas nécessairement que les émetteurs ont une intensité de carbone inférieure ou décroissante, mesurée comme les émissions par rapport aux revenus.

2) Le fait de noter les entreprises, plutôt que les obligations, en fonction de leurs émissions de carbone pourrait constituer un signal utile pour les investisseurs et encourager les entreprises à accroître leur efficacité carbone.

3) Les notations, qui pourraient compléter les systèmes de label existants, peuvent être conçues pour inciter davantage les grands émetteurs de carbone à contribuer à la lutte contre le changement climatique».

La proposition de l'€G supprime cette limitation des obligations vertes car elle propose, par construction, d'offrir des avantages en €G proportionnels aux émissions de carbone des entreprises. En outre, les obligations vertes mobilisent de l'argent auprès des investisseurs, qui est de l'épargne, c'est-à-dire de l'argent déjà existant, et non l'émission de nouvelles quantités d'argent (augmentation de la masse monétaire totale comme dans le cas de la règle d'émission n° 1 de l'obligation verte).

L'argent vert à la base de la finance verte

La proposition de lancer une économie sans carbone basée sur la monnaie €G (éventuellement avec l'ajout d'une blockchain) est ambitieuse et unique.

Ambitieuse car elle propose la mise en place d'un changement systémique, qui doit être mené par les banques centrales et les gouvernements. Comme l'indique la Banque mondiale dans son rapport de juin 2020, Transformative Climate Finance, cette forme verte de l'euro, étudie une option pour rendre le financement public international du climat plus transformateur. L'euro-vert pourrait devenir la première Monnaie Numérique de Banque Centrale (MNBC) de détail.

Unique car elle offre aux agents économiques la possibilité de détenir un compte ayant un objectif clair (la lutte contre le changement climatique), tout en leur permettant d'utiliser la monnaie €G aussi facilement que l'€, d'être responsabilisés (règle N°1) et récompensés (règle N°2) pour leur action climatique.

L'€G supprime les limitations des quatre pistes actuelles de finance verte concurrentes ainsi qu'expliqué ci-dessus.

L'euro vert est inclusif, non seulement dans le sens où il inclut davantage de personnes dans les transactions financières, mais aussi parce qu'il élimine les risques de bannissement des entreprises émettrices de carbone, comme l'explique le BIS 929.

L'€G, dans un monde où les actifs bancaires sont exclusivement bruns, pourrait signaler le changement de couleur comme le suggère le document n° 946 de la BRI de juin 2021.

Enfin, dans le cas où l'€G serait mis sur une blockchain, il n'est pas possible d'affirmer que l'€G pourrait être une "stable coin". L'€G est une forme complémentaire aux deux formes existantes de l'euro (l'argent liquide et la monnaie scripturale), et est utilisé comme l'euro traditionnel pour le commerce quotidien. Il est seulement indiqué que l'€G, contrairement à l'€ classique, ne contient aucune énergie fossile. Un €G est adossé à une réduction des émissions de CO2. L'utilisation de l'€G, en tant que moyen d'échange, ne sert pas à stocker de la valeur, et est utilisée avec les moyens de paiement existants. Le développement de nouveaux systèmes de paiement n'est pas nécessaire pour faire circuler les €G maintenant. L'objectif n'est pas de réduire les coûts de paiement, mais de limiter l'impact du changement climatique.

Compte CO2 - Footer Flower Illustration